Salaires : d’importantes hausses sont prévues en 2023 ! Voici à quoi vous attendre

Face à la baisse significative du pouvoir d'achat, le gouvernement adopte une nouvelle stratégie. Il négocie avec les patrons pour une augmentation des salaires.

© Salaires : d’importantes hausses sont prévues en 2023 ! Voici à quoi vous attendre

Déployer Replier le sommaire

Les pourraient être augmentés d’un cran pour cette nouvelle année 2023. La revalorisation n’est pas encore officielle, mais tout porte à croire que l’information est vraie. Comment est-on arrivé à ce constat ? Et quels sont les taux pour chaque catégorie d’employés ? L’équipe de la rédaction vous dit tout en quelques mots !

Augmentation des salaires : Du jamais vu !

De nombreuses institutions se sont penchées sur le sujet. Il en est ainsi des cabinets CBM et Deloitte. Et les résultats qu’ils publient ravissent les employés. En effet, les salaires vont enregistrer une hausse très importante. Une décision qui provient des patrons d’entreprises, au vu de la conjoncture économique.

Les taux signalés ne sont pas des moindres. Pour les cadres, cela atteint les 3,9%. Les non-cadres, quant à eux, verront une augmentation en deux temps. Le premier, valable pour cette fin d’année 2022, sera de 2,5%. Le deuxième sera effectif à partir de l’année prochaine. Le taux estimé est d’environ 4%.

Toujours selon CBM, le taux moyen estimé est de 4,05%. Quelque chose qui n’est jamais arrivé en l’espace de 10 ans. Et la revalorisation des salaires ne s’arrête pas là. Les chefs d’entreprise envisagent également des compléments de rémunération. Ces augmentations varient selon le secteur d’activité de la société.

Une prime de partage de valeur serait alors versée en faveur de chaque employé. Cela découle des décisions prises au début de cette année 2022 et de l’ancienne prime Macron. Les cadres bénéficieront d’un montant de 500 , contre 850 pour les non-cadres.

Les patrons soutiennent également leurs collaborateurs !

Presque tous les secteurs d’activité sont touchés par la hausse généralisée des prix sur le marché. Les entrepreneurs, soucieux du bien-être de leurs employés, décident d’augmenter leur budget en salaires. Ainsi, ils apportent leur contribution dans la stratégie pour mieux contenir l’.

D’après le cabinet Deloitte : « Les montants prévisionnels médians sont quant à eux aussi revus à la hausse puisqu’ils atteignent 875 euros pour les OETAM, les non-cadres, soit plus 46 % par rapport au montant médian de la prime PEPA de l’an passé et 500 euros pour les cadres ».

La plupart des patrons déclarent que leurs actions sont assez conséquentes. D’ailleurs, l’indexation automatique des salaires est déjà une mesure assez conséquente face à l’inflation. Néanmoins, cette dernière doit être couplée à d’autres dispositifs pour être totalement efficace.

Toujours en parallèle avec l’indexation des salaires, le gouvernement fait également de son mieux. Récemment, un décret ministériel vient de faire effet. Les cotisations sociales patronales sont maintenant diminuées de 7%. Cela implique une augmentation du budget alloué aux salaires.

Des salaires qui ne suffisent toujours pas ?

Les efforts effectués par les patrons et les autorités compétentes sont déjà assez significatifs. Mais s’il faut comparer aux taux réels, la hausse des prix n’est toujours pas compensée. L’analyse est menée par la société Mercer. Et selon elle, l’augmentation des salaires en deux ans est encore loin du taux d’inflation enregistré.

D’après les chiffres communiqués, une différence d’environ 7% serait encore à combler entre les deux. Le gouvernement fait ce qu’il peut, mais la situation actuelle est très critique. L’aide des patrons pour augmenter les salaires serait alors la bienvenue.